Rechercher
  • pacific-sas

Coronavirus. À Paris, les bars doivent fermer à 22 h, mais le métro, même bondé, circule toujours

Le renforcement des mesures de restrictions liées au Covid crée l’incompréhension dans la région parisienne. Là où les événements de plus de 1 000 personnes et où les rassemblements de plus de dix personnes sont redevenus interdits ; métro, bus et RER continuent de fonctionner.

Des employés de la RATP désinfectent une rame de métro à Paris, le 2 septembre 2020. | LUDOVIC MARIN / AFPAfficher le diaporama

Ouest-FrancePublié le 25/09/2020 à 13h30





En Ile-de-France, il n’est désormais plus possible de rester dans les bars passé 22 h, ni d’organiser des événements de plus de 1 000 personnes ou encore de se rassembler dans l’espace public à plus de dix, comme dans de nombreuses villes, soumises à de nouvelles restrictions sanitaires liées à l’épidémie de coronavirus. À Marseille, où la fermeture complète des bars et restaurants est prévue pour samedi, les mesures ne sont pas acceptées. À Paris, l’incompréhension vient des transports en commun : le métro, le RER et les bus continuent de circuler normalement. Un paradoxe qui ne passe pas bien. Qu’en est-il ? Quelles mesures dans les transports en commun en Ile-de-France ? Rien n’est pour l’instant prévu en dehors du port du masque obligatoire et des désinfections renforcées des bus, métro, trams et trains et des espaces publics concernés. Des mesures s’appliquent déjà. […] Aucun cluster n’a été découvert dans les transports en commun, a souligné l’autorité organisatrice des transports Ile-de-France Mobilités au Parisien . À une restauratrice de Marseille qui ne comprenait pas pourquoi les restaurants étaient concernés par les fermetures et pas les cinémas par exemple, Jean Castex a rappelé, lors de son intervention dans Vous avez la parole sur France 2 jeudi soir, que la grande différence résidait dans le fait d’avoir à enlever son masque dans les restaurants et les bars. Il a aussi rappelé que de nombreux clusters partent des bars et restaurants. Les gens ne portent pas le masque dans ces lieux et parlent entre eux. Alors que dans les transports, ils gardent le masque et se parlent peu. Me faire liv Où en est la fréquentation des transports ? Certains utilisateurs s’interrogent tout de même du respect des gestes barrières lorsque les rames sont bondées. Comment, en effet, conserver, le mètre carré préconisé lorsque l’affluence ne le permet pas ? Sur ce point Ile-de-France Mobilités a fait savoir au journal Le Parisien, que le niveau de fréquentation des transports en commun n’était pas encore revenu au niveau d’avant crise du coronavirus. Ainsi, la fréquentation actuelle est de l’ordre de 70 % par rapport à la même période en 2019. Et même quand la rame est chargée à plus de 100 % aux heures de pointe, ce que les usagers de la ligne 13 ou du RER B ont déjà pu vérifier, les défenseurs des transports rappellent que les voyageurs n’y restent pas très longtemps, explique Le Parisien. D’autres mesures sont-elles à prévoir ? Pour l’instant non. L’attestation des employeurs qui fût obligatoire un temps à l’issue du confinement ne devrait pas être remise au goût du jour pour le moment. Il n’est pas non plus prévu d’appliquer à nouveau la règle du un siège sur deux.

21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’avancée de la pandémie engage les entreprises de propreté dans l’enjeu sanitaire national L’avancée de la propagation du COVID-19 sur le territoire national et les mesures de confinement de la popul